Blog

Quelles primes ou aides à l’embauche d’un salarié pouvez-vous obtenir ?

Evaluez cet article

Lorsque vous embauchez un salarié, cela engendre un coût certain pour l’entreprise. Heureusement, afin de favoriser l’emploi, le gouvernement à mis en place un certains nombres d’aides ou de primes à l’embauche dont l’employeur peut bénéficier. Voici un petit tour d’horizon de ces aides dont vous pouvez profiter lors de l’embauche.

Pourquoi des aides à l’embauche

Le gouvernement et le ministère du travail ont mis en place des primes à l’embauche pour inciter les entreprises à engager des demandeurs d’emploi. Les sans emplois visés sont principalement, les personnes victimes de chômage structurel telles que les jeunes ou les plus âgés afin de faciliter leur insertion professionnelle.

L’allégement de charges sociales

Jusqu’au 31 décembre 2018, les entreprises qui employaient des salariés, bénéficiaient d’un crédit d’impôt pour la compétitivité et pour l’emploi, le CICE. Celui était calculé sur tous les salaires n’excédant pas un certain plafond. Depuis le 1er janvier 2019 ce crédit d’impôt a été remplacé par un allégement de charges sociales.

Ainsi, sur tous les salaires inférieurs ou égaux à 2.5 SMIC, les entreprises bénéficient d’un allégement de six points sur les cotisations sociales d’assurance maladie. Cette exonération partielle constitue un allègement pour les entreprises mais un manque à gagner pour le célèbre “Trou de la Sécu”.

Dès le dernier trimestre 2019 se rajouteront également des allégements à hauteur de 4.05 points pour les rémunérations à hauteur du SMIC. Cela portera sur les contributions d’assurance chômage et de retraite complémentaire.

Formation d’un jeune en alternance

prime-embaucheAvez-vous songé à embaucher un jeune en alternance ? Cela vous permettra d’embaucher un jeune que vous allez former progressivement afin qu’il puisse au terme de sa formation faire partie entière de votre équipe. Le coût est ainsi réduit pour vous, et vous favorisez l’insertion de jeunes.

Ainsi, si vous optez pour la signature d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de professionnalisation, les aides ne seront pas les mêmes.

  1. Dans le premier cas, il s’agit au jeune apprenti de suivre une formation alternant école et entreprise pour obtenir un diplôme d’état ou un titre inscrit au RNCP. En tant qu’employeur, vous recevrez une subvention régionale, durant toute la formation de votre apprenti. De plus, vous bénéficiez d’une réduction générale des cotisations patronales, et vous avez une créance de taxe d’apprentissage.
  2. Dans le second cas, votre jeune alternera entre école et entreprise pour suivre une formation qualifiante qui suit la formation initiale. A terme, il pourra obtenir un certificat de qualification professionnel ou un titre ou diplôme inscrit au RNCP. En tant qu’employeur vous bénéficierez d’un réduction générale des cotisations patronales. De plus, dans le cas du recrutement d’une personne handicapée ou d’une personne de plus de 45 ans ou encore d’un demandeur d’emploi de plus de 26 ans, vous pourrez prétendre à des aides supplémentaires versées sous forme de primes.

Aides pour l’embauche d’un demandeur d’emploi

Dans le but de diminuer le chômage, le gouvernement a mis en place des contrats spécifiques destinés au recrutement de personnes rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi. Ainsi, il s’agit de contrats uniques d’insertion qui se déclinent en contrats initiative emploi pour les employeurs du secteur marchand et en contrat d’accompagnement dans l’emploi pour le secteur non marchand.

Dans le premier cas, l’employeur reçoit une aide régionale qui sera versée durant 24 mois. Dans le second cas, se rajoute également l’exonération sur les cotisations assurances sociales et allocations familiales, ainsi qu’une exonération de la taxe sur les salaires, de la taxe d’apprentissage et de la participation au titre de l’effort construction.

Aides selon l’implantation géographique

aides-embaucheCertains dispositifs d’aides à l’embauche dépendent du secteur géographique où est implantée l’entreprise. On en distingue trois, lez zones de revitalisation rurales (ZRR), les zones de restructuration de la défense (ZRD), et les quartiers prioritaires de la ville (QPV).

  • Dans une ZRR, les entreprises bénéficient ainsi d’une exonération de charges patronales pendant 1 an, sur les 50 premiers salariés embauchés. L’exonération varie selon le montant des salaires.
  • Dans une ZRD, les entreprises ont droit à une franchise des cotisations patronales pendant les 5 premières années de leur création. Cette franchise est également fonction des salaires versés.
  • Concernant la dernière zone, les QPV, les entreprises reçoivent des primes selon la nature du contrat de travail. Ainsi, celle-ci sera de 5000 € par an, pendant trois ans si l’embauche se fait en CDI, contrat à durée indéterminée, et 2 500€ sur 2 ans, pour les CDD, contrat à durée déterminée, avec un durée du contrat de plus de six mois.

Il est possible de se renseigner plus en détail sur les différentes aides, et d’obtenir des simulations bien précises en s’adressant au pôle emploi de sa région.

De plus, le gouvernement a mis en ligne un simulateur pour connaître spécifiquement le coût d’une embauche en CDI ou en CDD en tenant compte des différents paramètres qui peuvent entrer en compte.

0
  Article en rapport
  • No related posts found.