Aller au contenu

Le modèle de Shannon et Weaver pour bien communiquer en entreprise

Le modèle émetteur-récepteur décrit les processus compliqués lorsque nous communiquons entre nous qui se produisent et dont nous ne nous rendons même pas compte.

Les émetteur-récepteur dans une communication

Le modèle émetteur-récepteur ou modèle de Shannon et Weaver stipule que dans la communication entre personnes, il y a un émetteur et un récepteur, comme dans la transmission de messages.

  • L’émetteur transmet un message qui est transmis par la parole, mais aussi par d’autres influences. Par exemple, une phrase peut être accompagnée de certains gestes ou expressions faciales.
  • La tâche du récepteur est alors de décoder ce message, y compris toutes les influences, et de le traduire pour lui-même. La manière dont ce message est perçu dépend souvent de chaque individu individuellement.

Le modèle de Shannon et Weaver

Shannon est considéré comme le fondateur de la théorie de l’information. « Une théorie mathématique de la communication » (1948) était le titre de son ouvrage, « la transmission de signaux est une communication » sa thèse de départ.

« Comment définir et mesurer l’information mathématiquement ? » et « Comment corriger les erreurs dans la transmission d’informations et compenser les sources d’interférences ? » sont deux des questions fondamentales qu’il s’est posées dans son étude du processus de transmission des messages. D’un point de vue technique, l’une des conditions les plus importantes pour une communication réussie est la transmission sans interférences du message à transmettre. Shannon s’intéressait également à la question de savoir combien de conversations pouvaient être transmises simultanément sur une ligne téléphonique, ce qu’il appelait la « capacité du canal ».
Shannon a réussi à développer une théorie mathématiquement correcte de la transmission des signes. Avec la théorie de l’information, il est devenu possible de saisir mathématiquement le concept d’information et de permettre ainsi une étude quantitative de la transmission et du traitement de l’information.
L’aspect sémantique de la transmission d’un message n’est délibérément pas pris en compte par Shannon, car la signification d’un message dans un contexte technique n’est pas pertinente. Seule la transmission du message d’un endroit à un autre est prise en compte.
Pour Shannon, la communication est « la réception d’un message d’un émetteur qui utilise le même jeu de caractères que le récepteur pour transmettre l’information ».
Il considère l’information comme « une quantité mathématiquement calculable pour décrire les propriétés du signal et de la transmission dans les systèmes techniques ».
Shannon ne fait porter ses recherches que sur les problèmes techniques de transmission de signaux. Son objectif initial était de fournir à l’armée américaine un modèle décrivant une communication optimale.

L’ébauche d’une représentation modélisée du processus de transmission des messages a été réalisée en collaboration avec Warren E. Weaver. Weaver a également intégré le niveau sémantique/pragmatique de la communication. Il a montré que le modèle était également pertinent pour une perspective moins technique – « la communication est une transmission de signaux ». Le modèle développé par Shannon et Weaver peut être considéré comme le modèle de base des théories modernes de l’information. Dans les sciences de la communication, on ne trouve aucun modèle de communication qui ne s’appuie sur ce modèle.

modèle de Shannon et Weaver

La communication se produit lorsqu’une partie du système devient un émetteur et établit une relation, appelée signal, qui voyage dans le temps et l’espace pour entrer en contact avec une seconde partie du système, le récepteur. Cette terminologie se retrouve dans le modèle de communication introduit pour la première fois par Claude Shannon et Warren Weaver à la fin des années 1940.

Lorsque l’on observe la communication, il s’avère souvent que le signal reçu par le récepteur n’est pas identique à celui généré par l’émetteur. Parfois, le signal change d’une manière ou d’une autre pendant le processus de transmission. Ce comportement s’explique par le fait que le signal peut être soumis à des perturbations pendant sa transmission par le média. Le modèle Shannon/Weaver introduit la notion de bruit (source de perturbation) pour illustrer ce phénomène.

Application du modèle de Shannon et Weaver dans le cadre professionnel

Notre communication repose essentiellement sur trois types de communication de base : la communication verbale, non verbale et paraverbale :

  • Communication verbale : mots à l’oral ou à l’écrit.
  • Communication non verbale : signaux de langage corporel comme les gestes, les expressions faciales, la posture.
  • Communication para-verbale : le ton, le volume, le ton de la voix, le rythme de la parole, les pauses, le choix des mots et la prononciation.

Chaque message peut être influencé et donc déformé par de nombreuses perturbations et styles de communication. Pour être sûr d’être bien compris, il faut donc poser régulièrement des questions (également appelées questions de contrôle). Ce n’est que par un feedback approprié et des réactions (non verbales) que vous pouvez éviter les malentendus et réduire les perturbations et les disputes.

Critiques du modèle émetteur récepteur

Même si le modèle émetteur-récepteur de Shannon et Weaver est l’un des modèles les plus importants des sciences de la communication, il fait l’objet de critiques justifiées :

  • Le contenu du message n’a aucune importance dans ce modèle. Qu’il s’agisse d’une déclaration d’amour ou d’une menace de mort n’a aucune influence sur le modèle.
  • Ce que la personne comprend exactement du message n’est pas pris en compte.
  • La communication est ici plutôt représentée de manière unilatérale, car un feedback de la part de la personne qui reçoit n’est pas pris en compte dans le modèle.

Laisser un commentaire