Management paternaliste, quelle est la différence avec les autres styles de management ?

Le style de direction joue un rôle central dans les entreprises et impacte directement le processus décisionnel et organisationnel. Il définit la façon d’exercer le pouvoir et la manière dont le manager doit créer les relations avec ses collaborateurs. Il dépend toutefois de la personnalité et des caractéristiques du dirigeant, de la taille ou encore de l’environnement de l’entreprise. Qu’est-ce que le management paternaliste et quelle est la différence avec les autres styles de management ?

Qu’est-ce que le management paternaliste ?

Grâce aux enquêtes qu’il a menées, Rensis Likert a distingué quatre styles de direction, dont le management paternaliste. Ce style de direction demande plus d’autorité venant du manager. Ce dernier est ferme et utilise un système de motivation arbitraire. Il peut pour managerautant, dans certains cas, consulter ses collaborateurs et prendre parfois en considération leurs suggestions et leurs critiques.

Il a tout de même le droit du dernier mot sur toutes les prises de décisions. Autrement dit, un manager paternaliste met en avant le pouvoir et recherche la fidélité de ses équipes. Il leur fournit les conditions de travail nécessaires à la bonne exécution des tâches et à leur bien-être. Au sein d’une telle entreprise, le niveau de performance dépend essentiellement de la personnalité et de la culture du propriétaire-dirigeant de l’entreprise.

Quels sont les autres styles de direction ?

En plus du management paternaliste, on distingue le management autoritaire, consultatif et participatif.

Le management autoritaire ou directif

Le manager ne fait pas confiance à ses collaborateurs et entretient des rapports distants. Le système de gestion est donc basé sur :

  • la crainte ;
  • la menace de sanctions ;
  • la distribution de récompense.

Finalement, le manager et les employés sont très éloignés.

Ce style de management est centralisé sur la prise de décision unilatérale, concernant le sommet de l’organisation. Les objectifs sont donc imposés sans être explicités. Un tel mode de management existe toujours et concerne le plus souvent le personnel peu qualifié.

Le manager consultatif ou délégatif

Le manager entretient des relations étroites avec ses collaborateurs. Il cherche à créer un climat fondé sur la confiance et l’échange même si le système de délégation a certaines limites. Ce style de management se singularise par la recherche d’une large consultation auprès des collaborateurs. Il vise notamment à susciter une adhésion autour des principaux objectifs de l’entreprise.

Le manager participatif

Le manager introduit un mode de management non directif. Il cherche à développer des relations de confiance fortes avec ses collaborateurs. Le système de motivation et de rémunération est particulièrement sophistiqué et vise à introduire de la participation et de l’intéressement aux résultats de l’organisation.

L’esprit d’équipe et les dynamiques de groupe constituent de véritables objectifs stratégiques internes à la structure. Le mode de management cherche à expliciter les buts à atteindre, le projet de l’entreprise, etc.  Selon Rensis Likert, c’est le management le plus efficace, car il est partisan de la responsabilité de groupe, de la décision par consensus et de la fixation des objectifs par le groupe.

Pourquoi opter pour le management paternaliste au sein de l’entreprise ?

Le management paternaliste offre certains avantages. Il favorise notamment les échanges et les discussions entre les salariés et la direction. Cela renforce sans doute la motivation et améliore la productivité et l’efficacité des employés.

Ce style de management donne le sentiment aux collaborateurs d’avoir contribué à l’évolution de leur groupe ainsi qu’à la survie de Management paternalistel’entreprise elle-même. En effet, leurs avis sont pris en compte dans les prises de décisions. Cela va sans doute accentuer leur motivation et leur loyauté envers l’entreprise.

Il faut toutefois noter que la mise en place de ce style de direction n’est pas forcément une tâche facile. Il demeure en effet assez couteux et nécessite de recourir à des moyens plus complexes. Quel que soit le type de management adopté, le manager doit posséder certaines qualités incontournables pour maintenir son équipe motivée.

Quelles sont les qualités d’un bon manager ?

Un bon manager doit toujours être positif, quels que soient les obstacles. Il doit montrer l’exemple et savoir rebondir en cas d’échec. Une autre qualité indispensable d’un bon manager est la confiance. Il doit impérativement faire confiance aux membres de son équipe, à leurs compétences et savoir-faire. Par ailleurs, le manager doit :

  • beaucoup communiquer avec son équipe et être toujours à l’écoute ;
  • être disponible et favoriser les échanges ;
  • être reconnaissance envers ses collaborateurs pour le travail fourni.

C’est un excellent moyen de booster leur confiance.

Conclusion

En définitive, les styles de management peuvent être différents d’une entreprise à l’autre. Ils dépendent essentiellement de la personnalité et des valeurs du dirigeant, du secteur d’activité et de la culture de l’entreprise.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire