Blog

Leadership, pouvoir et autorité. Différences et similitudes

Le management a considérablement évolué aux cours des dernières années. Le contexte professionnel a changé, les entreprises sont plus soucieuses du bien être des travailleurs car elles ont compris que leurs performances dépend de leur satisfaction au travail. Dans cet article, nous allons voir les différences entre leadership, autorité et pouvoir.

Leadership et pouvoir

management-leadershipLe leadership exige inévitablement l’utilisation du pouvoir pour influencer les pensées et les actions des autres.

Le pouvoir entre les mains d’une personne comporte des risques humains :

  1. Le risque d’assimiler le pouvoir à la capacité d’obtenir des résultats immédiats ;
  2. Le risque d’ignorer les différentes façons dont le pouvoir peut légitimement s’accumuler et devenir illégal ;
  3. Le risque de perdre le contrôle dans la recherche de plus de pouvoir.

La nécessité de limiter ces risques implique le développement d’un leadership collectif et d’une gestion éthique.

Les biographies des leaders qui se sont transcendés ont démontré à maintes reprises le rôle important du manager, mais aussi des professeurs ou des leaders politiques dans le développement individuel. Les analyses de ce phénomène ont également été fréquentes, recherchant avec insistance une série de caractéristiques, de traits et d’attributs particuliers qui, en raison de leur rareté ou de leur intensité inhabituelle, permettent de comprendre une exception supposée de la femme ou de l’homme qui devient un leader charismatique.

Dirigeant et leader

Il est important de distinguer le dirigeant du leader. Voici les éléments distinctifs :

  1. La condition de dirigeant relève davantage de la légalité statutaire et de la procédure formelle de nomination, tandis que le leadership est fondé sur la légitimité d’un mandat qui est assumé.
  2. Le leader est inspiré par la conviction ou l’engagement émotionnel de ses disciples, tandis que le dirigeant fait confiance à la discipline et à la force de l’organisation.
  3. Entre le dirigeant et le leader, il y a toujours un paradoxe : le dirigeant aspire toujours à être un leader – bien qu’il ne réussisse pas toujours – et le leader devient souvent un leader – même s’il ne le veut pas.
  4. Même lorsque le dirigeant et le leader ont le charisme pour accomplir leur travail, la différence est radicale : le charisme du leader est très personnel, donc non transférable, et celui du dirigeant est institutionnel, et est automatiquement transféré au relais à son tour.
  5. Le chef règne, le leader convainc. La direction est un métier, et le leadership est un art.
  6. Le dirigeant se bat pour que les règles soient respectées ; et le leader pour que les principes soient respectés.

Le dirigeant doit aspirer à être un leader s’il veut diriger son organisation efficacement ; et pourtant le dirigeant n’est pas nécessairement appelé à être un leader.

La recherche de leadership à l’embauche

Actuellement, les organisations qui ont compris l’importance du leadership recherchent des candidats qui couvrent au moins sept qualités de base :

  1. la capacité technique ;
  2. l’intelligence sociale ou la capacité de motiver ;
  3. la compréhension et l’animation ;
  4. les expériences d’orientation vers des objectifs ou des projets,
  5. les chemins déjà parcourus ;
  6. savoir quand agir, quand ne rien faire et quand tout faire, ou seulement une partie, ce qui implique aussi la capacité à décider qui est la bonne personne sur laquelle compter ;
  7. le jugement et finalement le caractère.

Déjà dans le travail quotidien, la perte de capacité technique ne se traduit pas toujours par un manque de leadership, et les aspects de jugement et de caractère sont décisifs. Cependant, la responsabilité assumée par le leader d’éduquer les autres, qui parfois éclipse d’autres qualités, devient de plus en plus pertinente.

Lorsque nous parlons de “développement du leader”, nous faisons inévitablement référence à la croissance intérieure et à la transformation individuelle, de sorte que pour former des leaders, il faut d’abord former des personnes, pour lesquelles vous avez besoin d’enseignants, de coaches ou de formateurs, et qu’il est préférable que les leaders eux-mêmes prennent en charge la formation de leaders supplémentaires.

Pour être un leader qui forme des leaders, la première exigence est de savoir écouter et être capable de trouver les vraies personnes au-delà des apparences. D’autre part, l’apprenti leader doit avoir l’ambition ou la conviction de vouloir devenir un véritable leader.

Tout comme vous apprenez à nager, vous apprenez à nager. On apprend aussi à être un leader en dirigeant ; mais ce n’est pas la seule façon d’apprendre, il y a aussi d’autres sources d’apprentissage, l’enseignement individuel et celui qui découle de l’environnement organisationnel ou social.

Cependant, un leader sans valeurs est un leader vide, qui tôt ou tard cessera de l’être, sa permanence est étroitement liée aux fins qu’il poursuit, aux valeurs qui le soutiennent, dans sa capacité à former à son tour des leaders ; que ses disciples ne deviennent pas dépendants ou dépendants de son leadership, et qu’ils deviennent eux-mêmes leaders. Ainsi, le leader finit par devenir le leader des leaders.

Dans ce contexte, la source d’apprentissage la plus précieuse du leader est la rétroaction directe, le fait de demander aux autres d’évaluer son rendement ou de demander conseil ou opinion. Ce ne sont pas des signes de faiblesse, au contraire, ce sont des éléments qui renforcent le leader et son leadership.

Il ne faut pas oublier que ce qui est bon pour la personne le sera aussi pour le leader, car apprendre à être un leader efficace n’est pas différent d’apprendre à être une personne qui réussit.

Remplacer l’autorité par le leadership

Le management a évolué depuis de nombreuses années sous les fonctions de commandement et de contrôle, cette situation est de plus en plus réévaluée dans les entreprises, laissant place à une plus grande autonomie à tous les niveaux organisationnels et pariant sur le développement des leaders dans la recherche d’amélioration de la performance de l’entreprise.

Dans beaucoup d’entreprises, les décisions sont prises par très peu de personnes, ces quelques personnes assises sur leur “trône” et décident pour les autres de l’avenir, non seulement d’elles-mêmes, mais de l’entreprise et de tous ceux qui y travaillent. Heureusement, cette tendance s’estompe peu à peu au fur et à mesure que la nécessité d’impliquer les gens à tous les niveaux dans les organisations est devenue évidente.

Le commandement et l’autorité sont remplacés par les principes du leadership, le leadership n’étant pas compris comme l’habilitation d’un seul leader, mais plutôt comme le fait de générer chez chaque employé des leaders qui partagent des objectifs et travaillent ensemble pour les atteindre.

Mais quelles sont les caractéristiques qui font un leader ? Fondamentalement, un leader est une personne qui gagne la confiance et le respect de ses disciples en raison de leurs attitudes et comportements. La confiance et le respect ouvrent des voies de communication bidirectionnelles permettant d’atteindre des objectifs communs.

Il y a certaines qualités et attributs qui font d’une personne un leader, les qualités sont des caractéristiques de la personnalité qui sont difficiles à apprendre à l’école ou au collège ; les attributs sont des capacités qui peuvent être acquises par ceux qui veulent être des leaders et qui, dans une certaine mesure, sont plus nécessaires que les qualités.

Caractéristiques qui aident à développer la capacité de leadership

Voici quelques caractéristiques qui, lorsqu’elles sont mises en pratique, aident à développer des compétences en leadership :

La fidélité

La fidélité, c’est l’intégrité dans l’action, c’est le ticket pour le leadership. Seuls ceux qui sont honnêtes et vivent avec la vérité sont respectés et peuvent obtenir des disciples qui peuvent atteindre les objectifs fixés.

Fair-play

La propreté fait référence à l’impartialité, l’objectivité et l’équanimité. Les leaders sont équitables, n’ont pas de préférences, traitent tout le monde de la même façon et travaillent sans passion (objectivité).

La propreté et la fidélité vont de pair et s’ils parviennent à rejoindre l’entreprise, ils apporteront certainement de grands avantages : quel employé ne ferait pas davantage confiance à son patron s’il sait qu’il est regardé avec les mêmes yeux que ses collègues, s’il est certain que son travail ne se recharge pas par le caprice du patron ? Bref, le fair-play signifie ne pas être méchant.

Sensibilité aux personnes et aux situations

Il vaut toujours mieux persuader que commander. Celui qui développe l’intuition, la sensibilité, la douceur, la compréhension et la considération pour les autres a plus de chances de trouver des disciples que celui qui les cherche par la rigidité et l’imposition. Les dirigeants doivent faire preuve d’analyse à l’aide de données et de faits, mais ils doivent faire preuve de sensibilité à l’égard des gens.

Modestie

L’arrogance, l’orgueil et l’égoïsme sont un poison pour le leadership. Les bons dirigeants ne sont pas prétentieux, ils partagent le mérite et les avantages et gardent pour eux la responsabilité des échecs. Le leader partage avec ses subordonnés (s’il est le patron), préfère l’informalité, fait des visites surprises dans les autres bureaux et préfère les rencontres occasionnelles aux réunions ennuyeuses dans son bureau car il sait que cela crée un espace pour la culture du leadership.

Le leader est aussi un serviteur, toujours capable d’aider et de servir de guide, guidant le groupe pour atteindre ses objectifs et surmonter les obstacles.

Le leader écoute

Les leaders positifs ont toujours le temps d’écouter parce qu’ils savent que l’information est utile, peu importe d’où elle vient ou d’où elle vient, on ne sait jamais l’importance de ce qu’ils vont vous dire.

L’écoute motive les subordonnés ou les collègues, mais il ne s’agit pas d’entendre, il s’agit de prêter attention et de comprendre. Ceux qui ont des compétences en leadership deviennent dépendants de l’écoute.

Pourquoi les consulter si vous n’êtes pas disposé à écouter leurs suggestions ?

Cette question concerne l’ouverture d’esprit. Ceux qui ont le pouvoir et le leadership deviennent souvent aveugles, perdent toute perspective et se croient omnipotents, rejettent les conseils et considèrent que leurs décisions sont les seules bonnes.

Les leaders, quant à eux, savent exploiter leur confiance en soi et leur confiance en soi, en créant des espaces de questionnement et de suggestions. L’ouverture d’esprit génère de meilleures relations et permet d’observer plus adéquatement l’environnement et l’intérieur de l’organisation.

Jugement

Un bon jugement est la capacité d’analyser et de combiner l’information et la capacité d’en tirer des conclusions. Cette caractéristique est liée à ce que les experts appellent la “pensée stratégique”, c’est-à-dire la capacité de fixer des objectifs, des priorités et des stratégies d’une manière rationnelle.

Proactivité

L’initiative est l’une des plus grandes caractéristiques des leaders. Et c’est quoi : comment être un leader si vous n’avez pas d’initiatives à suivre pour les autres ? Le leader est attentif aux opportunités et entreprend facilement des projets sans crainte d’erreur.

Adaptabilité

C’est la capacité d’accepter le changement d’une bonne manière et la capacité de le faire avancer lorsqu’il reconnaît qu’il est nécessaire.

Capacité à motiver

C’est la capacité d’amener les autres à passer à l’action, c’est la capacité de communiquer de façon persuasive et de renforcer la confiance des adeptes. Cela se fait par l’exemple et l’attitude, toujours en regardant vers l’avenir avec une vision fixe des objectifs fixés.

Capacité à prendre des décisions

Le leader fait face aux problèmes ne les entoure pas, voit les opportunités et les lancements pour en profiter. Le leader a la capacité de digérer l’information et de la transformer en décision.

Sentiment d’urgence

Il fait bouger les choses, il n’attend pas que les circonstances mènent à l’action, il a une longueur d’avance, il travaille vite mais avec soin.

Conclusion

Le leardership et le charisme qui est associé sont devenus essentiel comme qualité au sein des organisations, le petit chef despote ne subsite plus que dans des structures archaïques qui sont vouées à disparaître.

0
  Article en rapport
  • No related posts found.