Comment choisir un consultant externe en entreprise

5

Quand un compétence manque en interne ou quand il est nécessaire d’avoir un regard externe, il est utile de faire appel à un consultant. Dans cet article nous vous expliquons comment procéder pour choisir le bon consultant.

Quand embaucher un consultant ?

consultantIl y a généralement deux raisons d’engager un consultant.

  1. La première est d’avoir à résoudre un problème spécifique, tel qu’un système de facturation désuet qui nécessite un examen minutieux – et qui n’a pas les connaissances techniques internes pour le faire.
  2. La seconde survient lorsque vous envisagez une question stratégique, par exemple lorsque votre entreprise envisage de s’implanter dans un autre pays et que vous avez besoin de conseils externes objectifs.

Fondamentalement, les consultants sont d’abord et avant tout des conseillers. Mais leurs suggestions ne remplacent pas le travail préliminaire que vous (ou votre entreprise) devez faire.

Devez-vous recourir à un consultant ?

Il est utile de savoir si vous en avez réellement besoin !

1-. Est-ce que je comprends parfaitement l‘essence du projet ?

Les clients et les consultants ont souvent des points de vue différents sur le but ultime, et les objectifs sont souvent définis de façon vague (p. ex., ” améliorer un processus opérationnel “).

Une tâche de consultation sans objectifs mesurables se termine généralement par de la frustration. Avant de communiquer avec les consultants, essayez d’évaluer la portée et le but du projet proposé.

2-. Le management appuie-t-il la mission du consultant, tant sur le plan organisationnel que financier ?

Le manque d’engagement de la haute direction dans le projet du consultant est une garantie d’échec. Trop souvent, les gestionnaires de première ligne embauchent des services de consultation sans l’appui total de la haute direction. Inversement, les cadres supérieurs imposent souvent leurs consultants préférés à des gestionnaires peu méfiants.

La déconnexion interne consomme du temps et des ressources, engendre la méfiance et empoisonne le projet. Avant d’aller de l’avant, recherchez un consensus sur la nécessité d’obtenir des conseils de l’extérieur.

3-. Quand le contrat doit-il prendre fin ?

Le conseil et l’externalisation sont des activités complètement différentes. La gestion d’un processus d’affaires, comme on l’appelle par euphémisme, est un contrat à long terme entre l’entreprise et un agent externe, afin de gérer une opération centrale de l’entreprise. Mais l’activité du consultant doit avoir un début et une fin définis. Il n’est pas conseillé, ni rentable, d’engager des consultants pour gérer les affaires de l’entreprise dans son ensemble.

4-. L’entreprise peut-elle fournir le soutien nécessaire une fois le projet terminé ?

Le conseil, c’est comme l’exercice physique : sans suivi, c’est un gaspillage d’efforts. Pour assurer le succès, surveillez de près le programme post-consultation.

Comment trouver un bon consultant

Il peut s’agir d’une tâche intimidante pour ceux qui ne connaissent pas bien l’industrie. Les entreprises qui fournissent des bases de données et des guides d’entreprises ont identifié plus de 200 000 cabinets de conseil en Europe.

Ces sources sont utiles pour identifier les cabinets de consultants en fonction de leur situation géographique, des entreprises qu’ils fréquentent ou des services qu’ils fournissent. Les petites entreprises font de plus en plus la promotion de leurs services sur le Web ou sur une Marketplace.

Propositions de travail et de prix

Une fois que vous aurez identifié plusieurs candidats possibles, demandez-leur de vous envoyer leurs propositions. Considérez-les comme la lettre d’accompagnement du consultant. Ne jamais, en aucun cas, payer pour une proposition ou accepter de conclure l’affaire “avec une poignée de main”. Et bien qu’il n’existe pas de formule pour élaborer des propositions, un document bien rédigé répondra de façon claire et concise à ce qui suit :

  • Le consultant a-t-il une bonne compréhension du problème ?
  • L’approche et la méthodologie pour résoudre le problème ont-elles été présentées de manière claire et succincte ?
  • Est-il possible de quantifier les avantages de la tâche de conseil ?
  • Quelle est la pertinence et l’expérience de l’équipe de consultants ?
  • Quels sont les frais ?

En analysant la proposition, vous aurez une meilleure idée de la compatibilité du consultant avec votre entreprise. Les propositions rédigées en jargon de consultant, qui ne définissent pas le produit final, sont inutiles. Les clients doivent bien comprendre les résultats qu’ils obtiendront et la rapidité avec laquelle ils les obtiendront.

De peur de violer la confidentialité convenue avec le client, les consultants ne décrivent généralement pas les détails de leur travail à des étrangers. Il est donc difficile de vérifier en profondeur les références, un sujet d’une importance vitale, sans aucun doute. Demandez aux finalistes de la sélection les données des clients dont les projets apparaissent à vos yeux.

Les questions à se poser pour choisir un consultant

Quels types d’activités menées par le consultant peuvent s’appliquer à votre problème ?

Les cabinets de conseil sont experts dans le transfert et l’adaptation des meilleures pratiques à une grande variété d’entreprises. Cependant, vous obtiendrez un meilleur service si vous choisissez une entreprise qui a fait ses preuves dans le traitement des problèmes auxquels votre entreprise est confrontée.

Qui sera le consultant principal du projet et quelle est son expérience ?

Les consultants sont connus pour éblouir leurs clients avec des partenaires de renom aux références irréprochables, mais une fois le contrat signé, ils confient souvent le projet à des consultants juniors.

Quels sont les antécédents des autres membres de l’équipe de consultation ?

Le conseil est une activité de base : les membres juniors de l’équipe effectueront la majeure partie du travail analytique sous la direction des associés seniors. Apprendre à connaître les membres juniors de l’équipe crée la confiance et la confiance.

Quelles mesures à valeur ajoutée le cabinet de consultants utilise-t-il pour chaque tâche ?

Les consultants en stratégie utilisent davantage les techniques de satisfaction de la clientèle (enquêtes clients) que les consultants en exploitation, qui fixent souvent leurs honoraires en tenant compte d’améliorations spécifiques. De plus en plus, les consultants considèrent l’implication dans l’entreprise du client comme une forme de paiement et cherchent à augmenter la valeur de ce patrimoine par leurs efforts.

Quels sont les honoraires du consultant ?

Après les contrats, les honoraires sont la question la plus délicate à traiter avec les consultants. La plupart des services de consultation sont facturés à l’heure ou à la journée. Selon le niveau d’expertise et d’expérience les tarifs peuvent varier. Comptez 400 euros minimum la journée pour un junior. Les seniors peuvent monter bien plus haut. Les honoraires peuvent sembler exorbitants à première vue, mais de bons conseils en valent la peine, surtout si les résultats sont clairement définis.

Établir des critères de mesure clairs prend du temps, mais le processus permet aux deux parties d’établir des normes de rendement. La relation financière est particulièrement importante : elle permet au client d’attribuer une valeur monétaire aux bénéfices qu’il tirera de la tâche, et au consultant de savoir qu’il recevra pour le travail accompli.

Le consultant détaille-t-il les honoraires, y compris tous les coûts des membres de l’équipe, ainsi que les dépenses quotidiennes et les dépenses de personnel ?

Les grandes sociétés de conseil ont des frais généraux élevés et doivent donc les affecter à toutes leurs activités de conseil. Toutefois, les clients devraient avoir une compréhension claire des frais et de la façon dont ils sont en corrélation avec des services particuliers.

Généralement, le client paie les dépenses qui font partie du projet, mais qui ne sont pas des frais tels que : transferts de personnel, billets d’avion, billets d’autobus, hébergement, repas, etc.

Le consultant peut-il garantir son travail ?

La plupart des sociétés de conseil s’efforcent de satisfaire leurs clients, mais elles offrent rarement une garantie à 100 % sur l’argent investi. Pendant l’étape de la proposition, assurez-vous que les consultants précisent précisément ce qu’ils offriront.

Le consultant effectue-t-il une analyse après avoir réalisé sa mission ?

Certains consultants insistent sur l’obtention d’un certificat “post-affectation” pour chaque activité qu’ils exercent. C’est un signe que vous avez travaillé avec une entreprise de qualité et que vous avez clairement intérêt à fournir un service de qualité supérieure.

Quel sera l’impact opérationnel de l’activité de conseil sur votre entreprise ?

Les consultants doivent vous aider à “réinventer” votre entreprise. Aucune aide n’est nécessaire pour augmenter les bénéfices d’exploitation de 10 pour cent. Évitez les cabinets d’experts-conseils qui ne promettent que des profits marginaux.

Comment assurer le succès d’une mission de consultance

Le conseil est toujours un service personnalisé. Puisque les références parlent de la culture de l’entreprise, elles sont l’indicateur le plus fiable pour évaluer la compatibilité d’un cabinet de conseil avec l’entreprise et ses besoins spécifiques.

Une bonne relation client-consultant est essentiellement basée sur la confiance ; la consultante s’efforce de faire en sorte que son travail ait un impact sur l’organisation au fil du temps et, s’il n’y a pas de bonne compatibilité personnelle, la confiance est moins susceptible d’être établie et un certain impact aura lieu. De plus, de nombreuses tâches de conseil échouent lorsque les clients ne s’engagent pas dans la gestion de cette relation. Les consultants désignent toujours un chef de projet pour diriger l’équipe ; les clients doivent faire de même.

La vérité est que les consultants ne peuvent pas faire de miracles et que les clients ne sont pas incompétents ; chacun est responsable de s’assurer que la tâche atteint le résultat désiré. Lorsqu’une partie échoue, les deux parties sont responsables.

Conclusion

Faire appel à un consultant peut être une dépense conséquente mais voyez là plutôt comme un investissement si vous avez procédé comme il se doit. De nombreux consultants ont une réelle valeur ajoutée à amener à votre entreprise.

You might also like

Comments are closed.