Comment choisir un logiciel RH ou un SIRH ?

Afin de simplifier la gestion des ressources humaines, les PME peuvent s’équiper d’un logiciel spécifique, appelé aussi un SIRH pour Système d’Information Ressources Humaines. Mais il n’est pas toujours évident de choisir parmi tout ceux qui peuvent être proposés sur le marché.

National ou international ?

Les règles sociales et fiscales divergent d’un pays à l’autre. Ainsi, il est important de prendre en compte la couverture géographique de votre entreprise. Si vous avez des filiales à l’étranger, dans ou en dehors de l’Europe, ou que vous prévoyez d’en ouvrir, il est essentiel que votre logiciel RH s’adapte à cette dimension.

Au moment de choisir votre logiciel, veillez donc à ce que ce dernier intègre les spécificités réglementaires du ou des pays dans lesquels vous êtes implantés. Cela vous permettra de gérer vos employés dans le strict respect des règles sociales et fiscales de chaque pays.

Votre effectif et son évolution

Lire la suite →

0

Comment calculer une prime de licenciement ?

Lors d’un licenciement, sauf cas particuliers, une prime de licenciement ou plus exactement une indemnité de licenciement doit être versée au salarié. Les modalités de son calcul sont définies précisément par le Code du Travail.

Modalités de versement de la prime de licenciement

indemnité de licenciementLe code du travail prévoit, sous certaines conditions, le versement d’une indemnité de licenciement lorsqu’un salarié titulaire d’un contrat à durée indéterminée voit ce dernier rompu à l’initiative de son employeur.

Toutefois, certains cas de licenciements exonèrent l’entreprise de tout versement. C’est le cas notamment des licenciements pour faute grave ou lourde ou dans le cadre d’une cessation de l’entreprise pour force majeure.

Également, lorsqu’un salarié a moins de huit mois d’ancienneté ininterrompus dans l’entreprise, il ne pourra bénéficier d’une indemnité de licenciement.

Le montant est établi d’après une formule de calcul spécifique inscrite dans les textes de lois. Toutefois, la convention collective, le contrat de travail ou encore un usage de l’entreprise peuvent prévoir des modalités de calcul différentes, sous réserve qu’elles soient plus favorables au salarié.

D’autre part, les indemnités de licenciement peuvent bénéficier d’éventuelles exonérations sociales ou fiscales.

Calcul de la prime de licenciement

Lire la suite →

0

Mutuelle d’entreprise, comment cela marche ? Explications

La mutuelle d’entreprise est devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2016 dans toutes les entreprises françaises. Savez-vous exactement de quoi il s’agit ? Quels sont les avantages de cette assurance santé pour vos salariés et pour vous ? Comment la mettre en place ? Découvrez toutes les réponses en lisant la suite de l’article.

Qu’est-ce qu’une mutuelle d’entreprise ?

mutuelle-entrepriseLa mutuelle d’entreprise, est une complémentaire santé individuelle qui est destinée à couvrir les dépenses de santé de vos salariés. Elle devra notamment prendre en charge les dépenses qui ne sont pas prises en charge par le régime de l’assurance maladie.

La mutuelle santé d’entreprise a pour objectif de couvrir l’ensemble des salariés de la société, tout en répartissant le montant de la cotisation entre le salarié et l’employeur.

Certains contrats peuvent prévoir des différences de prise en charge entre les salariés cadre et non-cadre, mais il est aussi possible que la mutuelle couvre non seulement le salarié mais aussi ses ayant droits, c’est-à-dire conjoint et enfants.

Lire la suite →

0

Les formalités administratives pour la constitution d’une société

Créer sa propre entreprise en France est un grand pas en avant pour de nombreux entrepreneurs potentiels, mais le saut ne doit pas nécessairement être aussi intimidant si vous êtes muni des bonnes informations et des connaissances nécessaires sur les formalités administratives nécessaires lors de la création de sa société en France.

Pour ceux qui souhaitent créer une société en France, nous avons compilé une liste comprenant toutes les étapes à suivre et les formalités à remplir pour vous mettre sur la voie des affaires.

Étape 1 : Plan d’affaires

Vous devriez toujours commencer par créer un plan d’entreprise. Cela vous permet de clarifier votre énoncé de mission et votre vision de votre entreprise. Cela signifie également que vous pouvez montrer aux investisseurs – et plus important encore, au gestionnaire de compte bancaire français – comment votre entreprise va fonctionner.

Vous devrez déterminer qui seront votre marché et vos clients, combien d’argent vous investirez, de même que vos partenaires, votre expérience professionnelle et le montant que vous allez probablement gagner et dépenser au cours des prochaines années.

Étape 2 : Règlements et structure

Lire la suite →

0

Comment un bon comptable peut faire gagner de l’argent à votre PME

Vous avez une PME et vous vous demandez comment la rendre économiquement stable. C’est une question normale pour tout entrepreneur soucieux de la survie de sa PME. Nombre d’entre vous font appel à un comptable, mais les résultats dépendent du professionnalisme de votre comptable et donc il vous revient d’être rigoureux sur le choix de ce dernier.

Un comptable est le levier d’une entreprise

Il est important pour tout entrepreneur de considérer son comptable avant tout comme un partenaire et non un simple prestataire. Ceci n’est pas un traitement de faveur, étant donné que confier la colonne vertébrale d’une entreprise à une personne demande une grande confiance, quoi de mieux que de faire de ce dernier un très proche collaborateur ?

Vu dans ce sens, un entrepreneur attend forcément de son comptable qu’il tienne de manière irréprochable la comptabilité de l’entreprise, qu’il soit un soutien majeur dans les affaires administratives et fiscales et surtout qu’il sache respecter les délais de comptabilité.

Un bon comptable sera donc en plus de toutes ces qualités citées, un principal support qui fera gagner bien plus que de l’argent et du temps. Il revient donc à l’entrepreneur de créer un cadre de collaboration conviviale entre lui et son comptable, afin de se faire épauler. Le comptable pourra donc dans ce cas devenir conseiller stratégique pour son employeur, ce qui concourra à faire grandir l’entreprise.

Les caractéristiques d’un bon comptable

Lire la suite →

0

Comment choisir un espace de co-working

Bien qu’en pleine croissance dans le monde entier, le coworking est encore une industrie émergente. Bien que ce terme soit familier à plusieurs, il peut être difficile d’expliquer le coworking à ceux qui n’en ont jamais fait l’expérience. Nous aidons  les entrepreneurs et porteurs de projets pour connaître les avantages du co-working et comment choisir un espace de coworking où vous sentir bien.

Que sont les espaces de coworking ?

choisir-cowrokingLe travail de coworking s’articule autour du concept que travailler indépendant ou freelance ne signifie pas que vous avez besoin d’être seul. Le coworking se réfère au concept d’être co-localisé dans un bâtiment mais de travailler sur vos propres projets, dans votre propre entreprise ou avec une équipe.

Entrez dans un espace de coworking et vous remarquerez immédiatement qu’il se sent différent d’un bureau ordinaire. L’odeur du café frais dans l’air n’est dépassée que par l’atmosphère électrique que les occupants énergiques et excités apportent à l’espace. Vous verrez un mélange de ceux qui sont au centre de l’attention dans les bureaux privés et d’autres qui s’engagent dans des conversations captivantes à de grandes tables partagées. C’est la culture de l’espace de coworking.

Les espaces de travail en colocation ou en copropriété sont essentiellement des espaces de travail partagés. Ils offrent un espace de bureau abordable pour ceux qui cherchent à échapper à l’isolement d’un bureau à domicile ou d’un café.

Ces espaces de travail partagés offrent un ensemble de commodités semblables à celles d’un bureau, comme des bureaux chauds, des salles de réunion privées, des cuisines, du café et plus encore. Souvent, ils offrent aussi une communauté. Les occupants sont généralement des freelances, des entrepreneurs, des start-ups et des petites équipes qui veulent profiter d’un espace flexible.

Pourquoi installer votre bureau dans un co-working ?

De nombreuses petites entreprises préfèrent les bureaux partagés aux bureaux individuels pour travailleurs indépendants lorsqu’elles choisissent de nouveaux locaux, et ce, pour un certain nombre de raisons.
Six facteurs clés du coworking qui peuvent transformer une passions en entreprise et à faire de cette entreprise quelque chose dont on peut vraiment être fier.

Sentiment d’appartenance à une communauté

Les membres font partie d’une communauté soudée et productive. Avoir des relations avec les autres est l’une des principales raisons pour lesquelles les gens choisissent de travailler dans un espace de travail en commun, surtout si l’on considère que le travail à domicile peut être difficile et distrayant, et qu’il peut être difficile de trouver une motivation.

Chaque espace de coworking a sa propre ambiance, et les responsables de la communauté feront le maximum pour s’assurer qu’ils créent une expérience inoubliable pour vous. Les gestionnaires de communauté varient, mais leur priorité est toujours d’agir comme un lien pour vous afin de faire croître votre entreprise:
Qui connaissent-ils qui pourrait vous aider ? Quels événements vous seraient bénéfiques ? N’ayez pas peur de demander. Souvent les membres apprécient le travail collaboratif.

En plus de faire partie d’une communauté, il y a une grande marge de manœuvre pour référer, collaborer avec, et gagner de nouvelles affaires des membres dans votre espace. Ce ne sont pas nécessairement les personnes que vous rencontrez dans votre espace, mais leur plus grand réseau de contacts. Soyez convivial et établissez des relations et des amitiés, et l’entreprise suivra.

La flexibilité du travail

La majorité des espaces de coworking sont ouverts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ce qui permet aux travailleurs une flexibilité qu’ils peuvent difficilement trouver dans un bureau plus traditionnel. Le personnel et les entrepreneurs ont la possibilité de travailler à l’extérieur de l’horaire traditionnel de 9 h à 17 h, ce qui est particulièrement utile s’ils ont d’autres engagements de jour, tout en permettant aux gens de diriger des entreprises mondiales – votre équipe est capable de communiquer partout dans le monde à tout moment de la journée.

Un espace créatif et unique

De nombreuses options s’offrent à vous en fonction de votre style de travail, que vous aimiez travailler dans un bureau tranquille, sur un bureau flexible. Quel que soit le style le plus productif pour vous, il y a un espace qui vous convient. Un espace de co-working est un endroit idéal pour développer votre créativité car il vous permet de travailler autrement et de façon collaborative.

Potentiel de collaboration

Un jour, vous pourriez être assis à côté d’un copywriter, le lendemain, d’un consultant en environnement. La diversité au sein de la communauté de coworking est quelque chose qui fait le succès de ce format. Il vous permet d’échanger des idées avec des gens auxquels vous n’auriez pas accès normalement, de faire équipe sur des projets et d’élargir votre offre pour faire croître votre entreprise.

Des emplacements géniaux

Le fait d’être dans des espaces de coworking vous permet de travailler dans des bâtiments de haute qualité dans des endroits de grande qualité qui peuvent être hors budget pour des équipes plus petites ou des individus. Cela présente l’avantage d’ouvrir des portes aux entreprises, d’instaurer un climat de confiance et d’ajouter de la valeur à l’entreprise dans son ensemble. La majorité des espaces de coworking sont basés dans des zones avec beaucoup de restaurants, bars et autres activités pour l’extérieur du bureau et une évasion de qualité pour éviter le burnout.

De solides relations personnelles et professionnelles

Les espaces de travail en copropriété vous permettent d’établir des amitiés avec des personnes à l’extérieur de votre lieu de travail, ce qui les rend faciles à entretenir, même lorsque vous ne travaillez pas dans le même bâtiment. Que l’une des principales raisons de rejoindre un espace de coworking soit purement pour nouer des relations d’affaires, vous exploitez également une communauté entièrement nouvelle avec un potentiel pour vous à la fois professionnel et personnel.

Comment choisir votre espace de co-working ?

Il n’y a pas si longtemps, il y a eu une période où les gens arrêtaient de penser à agrandir leur entreprise une fois qu’ils en étaient au stade de l’acquisition d’un bureau. Les gens avaient l’habitude de s’installer chez eux, ce qui n’est pas la meilleure façon de tirer le meilleur parti de vos employés.

L’environnement du travail en équipe a changé à jamais la façon dont les startups et les entrepreneurs locaux voyaient l’installation d’un nouveau bureau grâce au succès du Coworking . Il est impératif de choisir le bon type d’espace en fonction de ses besoins. Les raisons suivantes devraient guider votre décision de louer.

Rentabilité, le prix du co-working

L’une des principales raisons pour lesquelles vous choisissez l’espace Coworking, c’est la rentabilité. Un co-working coute moins de la moitié du prix de l’utilisation du même bureau que vous auriez payé si vous emmeniez un bâtiment conventionnel. Vérifiez les différents espaces dans votre région et choisissez celui qui convient parfaitement à votre budget. Avec l’augmentation de la popularité des espaces de bureaux partagés, les options se sont également multipliées.

Entrez dans l’espace et sentez les installations disponibles

De plus, il est très important d’entrer dans le bâtiment et de vérifier s’il y a des installations qui correspondent à vos goûts. Vérifiez si l’endroit est suffisamment confortable pour vos employés. Le poste de travail est-il confortable ? La table et les chaises sont censées durer les longues heures que vous allez y passer. Voyez si l’endroit est un créneau suffisant si un client vient vous rendre visite.

La sensation que l’on ressent quand on le voit pour la première fois est très importante. Il y a des endroits qui ont de bonnes vibrations et vous le sentiriez tout de suite.

Vérifiez les commodités disponibles

salle-reunion-coworkingUne autre raison de regarder dans l’espace est de trouver les commodités qu’ils offrent. Des endroits comme un coin repas, des toilettes qui peuvent être utilisées et surtout la salle de réunion. La salle de réunions est l’endroit où une bonne équipe peut se constituer. Il est également utilisé pour avoir des rencontres avec les clients et les prospects. Renseignez-vous pour savoir s’ils ont de bonnes installations notamment équipée d’un vidéo projecteur.

Une connexion Internet Haut débit ou fibre optique

Nous sommes dans une génération, où Internet a été utilisé dans presque toutes les entreprises. Que vous dirigiez une société de logiciels, une société de taxis ou un atelier automobile, vous auriez besoin d’Internet à un moment ou à un autre de vos activités. Il est donc important de savoir si le bâtiment dispose d’un Internet illimité et un bon WiFi.

Lisez le contrat attentivement

En tant qu’entrepreneur, vous savez qu’il est très important de lire attentivement et de signer n’importe quoi. Le contrat pour l’espace Coworking n’est pas différent. Examinez attentivement le contrat et vérifiez s’il y a des intentions cachées. Aussi, s’ils sont prêts à vous fournir une période d’essai, mieux ce sera. Vous aurez l’occasion de sentir exactement l’endroit à son plein potentiel.

Googler les personnes avec qui vous allez partager l’espace

De plus en plus d’entreprises partageant la même devise et la même voie partagent l’espace. Cela a profité aux deux parties et, dans certains cas, a donné le meilleur d’elles-mêmes. Alors, faites une petite étude sur les co-workers et découvrez s’ils partagent les mêmes liens que vous. Parfois, il vaut mieux avoir un bureau partagé avec quelqu’un qui est aussi dans le même domaine parfois c’est l’inverse qui est vrai pour éviter de se faire concurrence.

L’accès au co-working

Il est difficile pour une personne de travailler et si la pression des transports quotidiens augmente. Trouvez un endroit qui dispose d’une bonne connectivité de transport en commun et qui est situé dans un endroit centralisé de la ville.

Joignabilité

Un accès illimité peut être indispensable. Imaginez que vous voulez conquérir le monde et avoir des clients dans d’autres fuseaux horaires. Vérifiez si l’espace vous offre cette possibilité. Confirmez si vous pouvez venir quand vous le souhaitez. Renseignez-vous également pour savoir si le transport jusqu’au bureau est disponible en tout temps.

Système de sécurité

Pour le décomposer en quelques mots simples, jusqu’à ce que vous créiez un environnement sûr pour votre personnel, l’efficacité sera toujours inférieure à ce que vous attendez. Renseignez-vous pour savoir si l’endroit dispose de bons systèmes de sécurité. Découvrez si les fournisseurs d’espace vous donnent cette garantie. Renseignez-vous pour savoir si l’endroit où le bureau peut travailler en toute sécurité.

Conclusion

Tenez compte des conseils mentionnés ci-dessus et tournez vos pensées autour des choses que vous devez accomplir en tant qu’entrepreneur. Ces pensées exactes vous permettront de choisir la meilleure option possible pour votre co-working.

0

Comment choisir un avocat en droit du travail si vous avez un litige avec un travailleur

En tant qu’employeur il n’est pas toujours aisé de s’entendre avec ses salariés. Fort heureusement, la plupart du temps, les conflits se règlent facilement, que ce soit par des actions effectuées en interne de part et d’autre, soit par un accord sur la rupture du contrat. Toutefois, dans certains cas, le litige persiste, et il est alors nécessaire de faire intervenir un tiers, en l’occurrence le tribunal des prud’hommes pour statuer.

Si vous êtes dans cette situation, il vous faudra donc choisir un avocat en droit du travail afin de vous conseiller et de vous représenter au tribunal. Si vous n’en connaissez pas, il vous faudra faire votre choix parmi la longue liste d’avocats exerçant, mais plutôt que de tirer un nom au hasard dans un annuaire, quelques critères peuvent être pris en compte.

Avocat généraliste ou spécialiste du droit du travail ?

choisir-avocatBon nombre d’avocats sont généralistes, ce qui signifie qu’ils peuvent s’occuper de tout type de dossier, du droit du travail à celui de la famille en passant par l’immobilier et bien d’autres. Toutefois, au fil des années, l’avocat généraliste à tendance à se concentrer sur un domaine plutôt qu’un autre. Vous trouverez aussi des avocats spécialistes, qui eux, ont fait valider leur spécialisation par un certificat.

Dans le cadre d’un litige en droit du travail avec l’un de vos travailleurs, vous pouvez vous orienter aussi bien vers un avocat généraliste qu’un avocat spécialiste. Néanmoins, si le conflit vous opposant est complexe ou que la nature de votre entreprise touche à un domaine sensible ou que vous êtes une très grande entreprise, mieux vaut vous diriger vers un avocat spécialisé en droit du travail ou droit social afin d’être certain qu’il dispose de toutes les compétences nécessaires afin de prendre en compte l’ensemble des paramètres impactant le litige en cours.

Un avocat près de chez soi ?

En règle générale, on préférera se tourner vers un avocat qui se situe à proximité de l’entreprise, et ce, afin de pouvoir faciliter les échanges. Mais ce n’est pas la seule raison qui pousse à choisir la proximité géographique. En effet, les avocats dépendent d’un barreau qui est lui-même rattaché à un tribunal. Pour effectuer les actes de procédure, votre avocat doit être rattaché au barreau concerné. Si ce n’est pas le cas, il devra recourir à un confrère qui se chargera de faire les procédures nécessaires, mais il pourra quand même continuer de vous représenter.

Si vous êtes une entreprise avec des filiales situées dans des régions de France variées, voire même des pays étrangers, dirigez vous vers un avocat qui est dans un cabinet national. Ainsi, bien qu’un confrère soit nécessaire en cas de procédure hors juridiction, vous restez avec le même cabinet avec lequel vous avez l’habitude de traiter.

Un avocat qui vous ressemble

Choisir un avocat en droit du travail est une tâche complexe. Un critère important est le feeling que vous ressentez par rapport à sa façon de travailler. Certains avocats vouent les choses de façon consensuelle et seront plus enclin à essayer de trouver un accord amiable ou faire une médiation sociale, d’autres sont plus vindicatifs et préfèrent aller au jugement. Il est important que la sensibilité de l’avocat correspondent à la votre afin que vous vous sentiez bien avec les procédures entamées.

La liste des avocats

Maintenant que vous avez connaissance des quelques critères à prendre en compte dans le choix de votre avocat, reste encore à le trouver ! Pour cela, l’idéal est de passer par des connaissances. En effet, si certaines personnes de votre entourage ont déjà eu besoin de faire appel à un avocat, en droit du travail de préférence, demandez-leur s’il vous le recommande.

En absence de recommandation personnelle, vous pouvez vous dirigez vers le Tribunal d’Instance de votre ville afin d’obtenir la liste des avocats rattachés au barreau, avec leur spécialisation. Vous n’aurez donc plus qu’à faire votre choix !

Si vous hésitez, n’hésitez pas à téléphoner afin de présenter votre affaire succinctement pour savoir si l’avocat est capable de la prendre en charge et d’avoir un premier ressenti.

Le premier rendez-vous

avocat-droit-socialVous avez pris rendez vous chez un avocat recommandé ou choisi sur la liste fournie par le tribunal ? Ce premier entretien va vous permettre de confirmer ou d’infirmer votre choix. Sachez qu’il est important que vous vous sentiez à l’aise face à celui qui doit vous représenter car pour effectuer sa mission il devra avoir connaissances de beaucoup de faits concernant votre entreprise.

De plus, sachez que les procédures sont assez longues, aussi il est important qu’un rapport de confiance s’installe entre vous et votre avocat. Demandez-lui comment se déroule les échanges lors d’un litige, afin de savoir si vous avez des retours réguliers de sa part vous permettant de suivre la procédure.

De même, c’est à vous d’estimer si votre avocat s’exprime dans un langage qui vous permet de comprendre les tenants et les aboutissants, sans vous assommer de termes juridiques complexes. Il doit être disponible pour répondre à vos demandes, et vous donner les réponses attendues de manière claire et concise.

Les honoraires

Dès le premier entretien, il y a un point à ne pas oublier, les honoraires. Pour cela, deux possibilités sont proposées par les avocats :

Il peut s’agir soit d’un forfait, solution proposée dans la majorité des cas, ce qui signifie que dès le départ vous connaissez la somme totale que vous devrez débourser pour le litige en question. A cela peut venir s’ajouter, selon la nature de l’affaire, un honoraire de résultat qui s’exprime en pourcentage.

Ou alors, il peut s’agir d’une facturation horaire, et le nombre d’heures dépendra essentiellement de la complexité de votre affaire.

N’oubliez pas, que quel que soit le type de tarification, viennent également s’ajouter les débours, c’est-à-dire ces sommes que votre avocat a dû avancer pour votre compte. Il peut par exemple s’agir des frais d’huissier ou d’expertise).

0

Comment fonctionne le portage salarial ?

Nombreux sont ceux qui souhaitent exercer une activité à leur propre compte, mais qui hésitent à sauter le pas notamment de peur de perdre leurs droits sociaux. C’est pour cette raison qu’un statut que l’on pourrait qualifier « d’hybride » a été créé, il s’agit du portage salarial. Découvrez son fonctionnement.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est défini par le code du travail comme étant une relation contractuelle tripartites. Les trois parties impliquées étant :

  • l’entreprise de portage,
  • la personne portée,
  • les entreprises clientes.

Ainsi, la personne portée, qui est donc le travailleur, bénéficie d’un statut salarié tout en étant libre de choisir sa clientèle et ses missions.

Bien entendu, cet avantage a un coût, et le salarié porté devra verser des frais de gestion à la société de portage.

Pourquoi recourir au portage salarial ?

Les raisons pour faire appel au portage salarial peuvent être variées. Le plus souvent il s’agit :

  • Augmentation ponctuelle de l’activité de manière ponctuelle,
  • expertise manquante en interne dans l’entreprise,
  • besoin de formation pour les plans d’acquisition de compétences et d’évolution des salariés.

Les avantages du portage salarial

L’embauche est quelque chose qui peut être complexe. Grâce au portage salarial une entreprise peut faire appel à des personnes qualifiées sans devoir les embaucher.

Des prestataires externes peuvent être un avantage pour renforcer les équipes que ce soit pour avoir des personnes ayant des compétences particulières ou pour faire face à un déficit de personnel.

Le portage salarial plusieurs avantages pour une entreprise :

  • Ce système offre plus de souplesse que l’engagement via un contrat à durée déterminée. C’est donc une meilleure gestion des ressources humaines.
  • Avec un freelance indépendant, une société sera en relation d’affaires avec un expert qui a choisi ce mode de travail et a l’habitude de passer d’un contexte professionnel à un autre.

La solution pour rassurer l’entreprise qui fait appel à un prestataire aussi bien que le freelance est le portage salarial.

Simulation de portage salarial

Sachez que vous pouvez obtenir auprès des entreprises spécialisées des projets ou simulation de portage salarial. Vous pourrez comparez les différentes possibilités avant de vous engager.

Les conditions d’une entreprise de portage peuvent varier par rapport à ce que peut vous proposer la concurrence. Il est important de trouver une entreprise de portage salarial fiable qui a une réelle expertise dans le domaine et avec laquelle vous pouvez travailler en confiance. Le portage salarial est une décision d’ordre tactique voire stratégie au sein de votre entreprise, il est donc primordial de vous faire conseiller par des experts.

Bien évidemment le coût est aussi une variable importante. Votre partenaire en plus d’être pointu doit aussi être compétent pour trouver la solution de portage salarial qui rencontre vos besoins.

Réalisez une simulation de portage salarial sur societe-portage.fr

La société de portage

L’une des trois parties prenantes de cette solution est la société de portage. En effet, c’est grâce à elle que la personne portée pourra garder un statut de salarié.

Ainsi, lors du portage salarial, la société de portage va être en charge de toute la partie administrative. C’est elle qui va d’une part s’occuper du côté comptable avec la facturation et l’encaissement des missions auprès des clients. Et d’autre part elle va se charger de calculer et déclarer les charges sociales, afin de verser un salaire au salarié porté. Ce montant dépendra du chiffre d’affaire réalisé par ce dernier.

En somme, elle agit exactement comme le ferait une entreprise « classique », hormis le fait que le salaire versé au porté n’est soumis à aucun minima et dépend uniquement des missions facturées auprès des clients de ce dernier.

Le salarié porté

portage salarialUn indépendant devra s’occuper de développer son chiffre d’affaires mais également de gérer toute la partie administrative de son entreprise. Dans le cadre d’un contrat de portage salarial, cette dernière est confiée entièrement à la société de portage. De ce fait, le salarié porté n’aura qu’à se soucier de réaliser ses missions et de trouver de nouveaux clients. Il peut ainsi développer son activité en toute sérénité.

De plus, de nombreuses sociétés de portages proposent à leurs portés de l’aide dans la prospection de nouveaux clients, ainsi que des formations gratuites pour développer son activité ou encore pour parfaire son discours commercial.

Comment devenir salarié porté ?

Si vous souhaitez devenir salarié porté et profiter ainsi d’un statut permettant de travailler pour vous tout en gardant un statut social de salarié, découvrez comment passer le cap.

En recherchant sur internet, vous découvrirez qu’il existe de nombreuses sociétés de portage salarial. Demandez une simulation de portage salarial. Toutefois, la plupart de ces sociétés sont spécialisées dans des domaines d’activités bien précis. Ces dernières étant également amenées à proposer des missions, il est donc préférable de choisir une société qui travaille dans le domaine d’activité qui vous concerne.

Lors du choix de votre société, renseignez vous également sur les frais de gestion. Ils peuvent varier de 5 à 10% selon les cas, et peuvent dépendre du chiffre d’affaires réalisé chaque mois.

Lorsque vous avez choisi votre société de portage salarial, vous allez alors signer avec elle une convention de portage salarial qui définira précisément toutes les modalités de la relation entre les deux parties.

 

 

0

Qu’est-ce que le bilan comptable d’une entreprise ?

Le bilan comptable d’une entreprise est l’un des trois états financiers fondamentaux et joue un rôle clé dans la modélisation financière et la comptabilité. Le bilan présente le total de l’actif de l’entreprise et la façon dont cet actif est financé, soit par emprunt, soit par capitaux propres, ce qui forme le passif. Le bilan est basé sur l’équation fondamentale : Actif = Passif ! Voyons en détail comment fonctionne le bilan d’une entreprise.

Structure du bilan

Le bilan est divisé en deux parties. La partie gauche du bilan présente tous les actifs d’une entreprise. Sur le côté droit, au passif, le bilan présente les dettes et les capitaux propres de l’entreprise. A l’actif, les principaux postes sont généralement classés par liquidité croissante du haut vers le bas. Au passif, les postes sont présentés sous formes d’exigibilité croissante.

bilan

L’actif

Actifs long terme

  • Actifs incorporels : Ce poste comprendra l’ensemble des immobilisations incorporelles de la société, identifiables ou non. Les actifs incorporels identifiables comprennent les brevets, les licences et les formules secrètes. Les actifs incorporels non identifiables comprennent la marque et l’écart d’acquisition.
  • Immobilisations corporelles  : Les immobilisations corporelles (aussi appelées immobilisations corporelles) englobent les immobilisations corporelles de l’entreprise. Ce poste individuel est repris net d’amortissements. Certaines entreprises classeront leurs immobilisations corporelles selon les différents types d’actifs, comme les terrains, les bâtiments et les divers types d’équipement. Toutes les immobilisations corporelles sont amortissables, sauf les terrains.

Actif à court terme

  • Les stocks : Les stocks comprennent les stocks de matières premières, de produits en cours de fabrication et de produits finis. La société utilise ce compte lorsqu’elle déclare les ventes de marchandises, généralement sous le coût des marchandises vendues dans le compte de résultat.
  • Créances clients et comptes rattachés : Ce compte comprend le solde de tous les revenus des ventes encore à crédit, déduction faite de toute provision pour créances douteuses (qui génère une créance douteuse). Au fur et à mesure que les entreprises recouvrent leurs comptes débiteurs, ce compte diminue et l’encaisse augmente du même montant.Trésorerie et équivalents de trésorerie
  • L’actif le plus liquide de tous, l’encaisse, apparaît sur la dernière ligne du bilan. Les équivalents de trésorerie sont également regroupés sous cette rubrique et comprennent les actifs dont l’échéance à court terme est inférieure à trois mois ou les actifs que la société peut liquider à court terme, comme les titres négociables. Les sociétés indiqueront généralement les équivalents qu’elles incluent dans les notes de bas de page du bilan.

Le Passif

Passifs long terme

  • Capitaux propres : C’est la valeur des fonds que les actionnaires ont investis dans la société. Lorsqu’une société est créée, les actionnaires mettent généralement de l’argent comptant. Par exemple, un investisseur démarre une entreprise et l’amorce avec 10 millions de dollars. L’encaisse (un actif) augmente de 10 M$ et le capital-actions (un compte de titres de participation) augmente de 10 M$, ce qui équilibre le bilan.
  • Réserves : Il s’agit du montant total du revenu net que l’entreprise décide de conserver. Chaque période, une société peut verser des dividendes sur son bénéfice net. Tout montant restant (ou supérieur) est ajouté (déduit) des bénéfices non répartis.
  • Dette à long terme : Ce compte comprend le montant total de la dette à long terme (excluant la portion à court terme, si ce compte est présent dans le passif à court terme). Ce compte est dérivé de l’échéancier de la dette, qui présente l’encours de la dette de toutes les sociétés, les intérêts débiteurs et le remboursement du capital pour chaque période.
  • Emprunts obligataires à payer : Ce compte comprend le montant amorti des obligations émises par la société.

Passif à court terme

  • Tranche à court terme de la dette à long terme : Ce compte peut ou non être regroupé avec le compte ci-dessus, Dette à court terme. Bien qu’elles puissent sembler similaires, la tranche à court terme de la dette à long terme correspond précisément à la tranche échéant à moins d’un an d’une dette dont l’échéance est supérieure à un an. Par exemple, si une entreprise contracte un prêt bancaire devant être remboursé dans cinq ans, ce compte comprendra la portion de ce prêt qui sera exigible au cours de l’année suivante.
  • Dette à court terme : Comprend les obligations qui viennent à échéance à moins d’un an ou à moins d’un cycle d’exploitation pour la société (selon la plus longue de ces dates). Les effets à payer peuvent également avoir une version à long terme, qui comprend des effets dont l’échéance est supérieure à un an.
  • Comptes fournisseurs : Les comptes créditeurs sont le montant qu’une entreprise doit aux fournisseurs pour des articles ou des services achetés à crédit. Au fur et à mesure que l’entreprise rembourse, ce montant diminue en même temps qu’un montant équivalent au compte de caisse.

Comment le bilan est-il utilisé dans la modélisation financière ?

Cet état financier est un excellent moyen d’analyser la situation financière d’une entreprise. Un analyste peut généralement utiliser le bilan pour calculer un grand nombre de ratios financiers qui peuvent déterminer la performance d’une entreprise, sa liquidité ou sa solvabilité, et son efficacité.

Les variations des comptes de bilan sont également utilisées pour calculer les flux de trésorerie dans le tableau des flux de trésorerie. Par exemple, une variation positive des immobilisations corporelles est égale aux dépenses en immobilisations moins la charge d’amortissement. Si la charge d’amortissement est connue, les dépenses d’investissement peuvent être calculées et incluses en tant que sorties de trésorerie dans les flux de trésorerie liés aux investissements dans le tableau des flux de trésorerie.

Importance du bilan

Le bilan est un état financier très important pour de nombreuses raisons. Il peut être examiné seul ou conjointement avec d’autres états comme l’état des résultats et l’état des flux de trésorerie pour obtenir une image complète de la santé financière de l’entreprise.

Utilité du bilan

Liquidité

La comparaison de l’actif à court terme d’une société avec son passif à court terme donne une idée de la liquidité. L’actif à court terme doit être supérieur au passif à court terme afin que l’entreprise puisse couvrir ses obligations à court terme. Le ratio de liquidité générale et le ratio de liquidité générale sont des exemples d’indicateurs financiers de liquidité.

Effet de levier

L’examen de la façon dont une entreprise est financée indique l’effet de levier dont elle dispose, ce qui, à son tour, indique le niveau de risque financier qu’elle prend. Comparer la dette aux capitaux propres et la dette au capital total sont des façons courantes d’évaluer l’effet de levier au bilan.

Efficacité

En utilisant le compte de résultat en relation avec le bilan, il est possible d’évaluer l’efficacité avec laquelle une entreprise utilise ses actifs. Par exemple, en divisant les revenus en immobilisations, on obtient le taux de rotation de l’actif qui indique l’efficacité avec laquelle l’entreprise transforme les actifs en revenus. De plus, le cycle du fonds de roulement montre comment une entreprise gère sa trésorerie à court terme.

Taux de rendement

Le bilan peut être utilisé pour évaluer dans quelle mesure une entreprise génère des rendements. Par exemple, la division du bénéfice net en capitaux propres produit un rendement des capitaux propres, et la division du bénéfice net en actif total produit un rendement des actifs, et la division du bénéfice net en dette et capitaux propres produit un rendement du capital investi.

Le besoin en fonds de roulement

Les comptes

Dans chaque partie du bilan l’on retrouve des comptes conformes au plan comptable de l’entreprise. Les comptes de bilan sont divisés en 5 classes :

  • Les comptes de classe 1 : le capital, le bénéfice, les provisions, les emprunts à long terme
  • Les comptes de classe 2 : les immobilisations
  • Les comptes de classe 3 : les stocks
  • Les comptes de classe 4 : les comptes de tiers. Exemple : les clients et les fournisseurs
  • Les comptes de classe 5 : les liquidités

 

0

Comment fonctionne la période de préavis ?

Le préavis est la période qu’il s’étale entre le moment où le départ du salarié de l’entreprise est acté, et son départ effectif. La durée peut varier selon de nombreux paramètres et il convient donc de connaître tout son fonctionnement.

Doit-on obligatoirement effectuer un préavis ?

En théorie, oui, le préavis se doit d’être respecté par l’employeur et son salarié dès lors que la loi, ou la convention collective le prévoit. Toutefois, il existe des exceptions qui peuvent permettre de ne pas effectuer ce délai.

Ainsi, dans le cadre d’une rupture de période d’essai, la loi ne fixe aucune obligation de préavis, toutefois, de nombreuses conventions collectives imposent une durée minimale.

preavis-conge-materniteSi un salarié démissionne pendant ou à l’issue d’un congé maternité, ou après un congé de création d’entreprise, il n’y a pas de préavis à respecter.

Dans certains cas de licenciement, le salarié n’est pas tenu de prester le préavis. C’est le cas lorsqu’il est licencié pour faute grave ou lourde, ou pour inaptitude physique mais aussi si le licenciement est établi pour motif économique et que le salarié accepte la convention de reclassement personnalisé.

Le préavis peut également ne pas être exécuté en cas de dispense. Celle-ci peut être à l’initiative de l’employeur ou du salarié. Dans le premier cas, il est possible de dispenser le salarié de travailler durant son préavis. Il n’est donc pas tenu de se rendre au sein de l’entreprise, mais son contrat ne prendra fin qu’à la date de fin de préavis initialement prévue. En cas de dispense accordée par l’employeur, le salarié pourra toucher une indemnité compensatrice de préavis afin de ne pas être pénalisé financièrement.

Le salarié peut également demander une dispense de préavis. Celle-ci peut être accordée ou refusée par l’employeur. En cas d’accord, le contrat est alors rompu immédiatement sans indemnité. Dans le cas contraire, le salarié est tenu d’effectuer son préavis au risque de devoir l’indemnité de préavis à son employeur.

Quelle est la durée du préavis ?

periode-preavisLa durée du préavis varie selon plusieurs critères. En premier lieu, il s’agit du type de rupture du contrat de travail.

Ainsi, dans le cadre d’une démission, le code du travail ne prévoit aucune durée minimale. Il convient donc de se tourner vers sa convention collective afin de connaître la règlementation à ce sujet. Il est aussi possible que rien ne soit prévu.

Dans le cadre d’un licenciement ou d’un départ à la retraite, vient se rajouter l’ancienneté du salarié pour connaître la durée de préavis.

Ainsi, dans ce cas-là, la loi prévoit un préavis de 1 mois pour les salariés ayant 6 mois à 2 ans d’ancienneté et 2 mois au-delà.

Toutefois, comme toujours, vous devez vérifier votre convention collective qui peut prévoir des durées différentes, et qui peut intégrer un critère supplémentaire tel que le statut professionnel en distinguant notamment cadre et non cadre.

Le préavis démarre dès lors que la partie adverse à eu connaissance de la volonté de rupture du contrat. Ainsi, dans le cadre d’un licenciement c’est à la date de première présentation de la notification en recommandé, et dans le cadre d’une démission c’est le jour de la notification de la démission.

Attention toutefois à la particularité des congés payés. En effet, si la notification a eu pendant les congés payés du salarié, le préavis démarre au moment de son retour dans l’entreprise.

La période de préavis

Si le salarié se retrouve en arrêt pour accident de travail ou maladie professionnel ou bien qu’il soit en congés payés, dès lors qu’ils aient été posés avant la notification, le préavis est suspendu et reprendra dès que le salarié reviendra dans l’entreprise.

Durant la période de préavis, l’exécution du contrat de travail ne doit pas être modifiée. Ainsi, le travail, la rémunération et les avantages doivent rester les mêmes qu’avant la notification de rupture du contrat.

Une variante peut toutefois être présente par les usages ou conventions collectives. En effet, des dispositions peuvent prévoir pour le salarié des heures pour recherche d’emploi.

Quoi qu’il en soit, à chaque moment de la procédure de rupture de contrat, il est important de se référer aux textes de loi mais également à la convention collective qui prévoit souvent des dispositions plus favorables aux salariés. De même, dans certaines entreprises des usages peuvent être présents et c’est donc à eux qu’il faudra se référer.

0
Page 2 du 6 12345...»